France 2001

Résultats :

Championne de France VTT
Championne de France en Cyclo-Cross
Vainqueur de la coupe de France

Les Herbiers (85). 5 et 6 mai

    Coupe de France 2001

    PAR SÉBASTIEN CORRADINI

     

Nouvelle année, nouvelle organisation, nouveau site : la Coupe de France fait peau neuve et devient plus populaire. Une évolution plus qu'une révolution, mais une recette qui pourrait bien séduire une frange plus vaste de vététistes.

    Depuis quelques années, le rituel était  toujours le même sur les Coupes de France FFC. Toujours cette même ribambelle de pilotes élites intouchables derrière des barrières de stands fermées. Toujours cette même ambiance rigoureuse, presque laborieuse, ce sérieux qui caractérise les épreuves sportives dont les enjeux ont tué le plaisir. Toujours cette impression d'élitisme individuel loin de la philosophie des débuts. Dans le temps, les compétiteurs de tout niveau se retrouvaient avec l'envie de faire la fête, laissant de côté leur rivalité de terrain. C'est un peu cet état d'esprit qui renaît aujourd'hui. Du moins, c'est ce que laisse augurer cette première manche 2001, aux Herbiers.

    Nouvelle recette

    Désormais, les différentes spécialités de la Coupe de France sont censées se dérouler sur le même site, lorsque l'environnement le permet. L'intérêt ? Évidemment, réunir les organisations pour ne pas disperser les forces vives de la FFC, et optimiser l'attrait pour les spectateurs. Première entorse à cette nouvelle philosophie, pour le coup, la première manche vendéenne ne pouvait pas prétendre accueillir décemment les descendeurs, faute d'un relief adéquat.

    Réunir tout le monde sur un même événement suppose une organisation savante, pour un chevauchement judicieux des rendez-vous. Gérer simultanément des courses de Cross-Country et des épreuves de Trial n'est déjà pas évident, ajoutez-y une Descente, et vous pouvez imaginer les problèmes potentiels...

    Néanmoins, la nouvelle organisation de l'emploi du temps n'est pas sans intérêt du point de vue du spectacle, surtout sur ce parcours très accessible aux spectateurs. Ceux-ci passent, en effet, d'une épreuve à l'autre, pour suivre les temps forts de chacune : départ, arrivée, passages critiques, etc.

    Nouvelles règles et nouvelles catégories

    La Coupe de France s'ouvre aux non licenciés, qui concourent dans une catégorie à part. Mais ce n'est pas la seule révolution de cette épreuve newlook. Les catégories ont aussi été revues.

    La Vendée accueille sa première Coupe de France

    Ainsi, les 30-40 ans et les 40-50 ans peuvent désormais concourir en catégorie Master (1 et 2), en marge des Élites (Espoirs, Seniors de 23 à 30 ans et ceux qui le désirent), la course à courir pour côtoyer quelques figures emblématiques du VTT des débuts. Pas trop rouillés, les "vieux"... Cette multiplication des catégories permet à chacun de s'exprimer dans une course adaptée à son niveau ou à ses ambitions.

    Site original

    La Vendée accueille sa première Coupe de France de Cross-Country. Jamais la Vendée qui ne manque pourtant pas de relations avec la FFC n'avait eu l'honneur d'une épreuve VTT FFC officielle. l'Ufolep avait organisé, l'année passée, son Championnat de France dans la région. Pour cette première manche de Coupe de France, c'est le mont des Alouettes, surplombant Les Herbiers, qui accueillait 1500 compétiteurs et environ 20 000 spectateurs, contre 12 000 habituellement. La majorité des compétiteurs étaient venus la fleur au fusil, certains de s'offrir une promenade de santé dans cette plate Vendée... pas si plate que ça, en fait, et surtout bien exploitée. Certes, le mont de Alouettes ne dispose pas d'un paysage montagnard, mais son relief vallonné réserve quelques raiders qui ne sont pas piqués des vers. Le tracé, rythmé en diable, laissant peu de périodes de repos, et un vent à décorner les cintres ont fini le travail, si bien que certains optimistes ont connu quelques désillusions.

     

    Sans réserver de difficultés techniques exceptionnelles, ce parcours de 18 km a donné finalement pas mal de fil à retordre aux pilotes, à tel point que les parcours du dimanche ont été revus à la baisse au dernier moment pour que la course ne dépasse pas trop les deux heures prévues initialement pour les premiers.

     

    Côté Trial, quelques monticules rocheux donnaient le change à des zones plus artificielles. En point d'orgue, une superbe zone utilisant une ruine tricentenaire. Bref, un plateau de choix et un record de participation. Autant dire que là aussi, le sourire était de la partie.

     

    Une réussite

     

    Au final, cette première Coupe de France aux Herbiers était loin de décevoir les participants et les différents observateurs présents. Bonne ambiance, public généreux, météo clémente, organisation parfaite, zones de Trial superbes et accessibles, tout était réuni pour que la fête soit réussie et ce fut le cas. De quoi repartir optimiste pour les prochains rendez-vous de la Coupe de France.

     

VELO VERT

 Scratch (dames)

1 Laurence LEBOUCHER (LEBOUCHER MTB 12), 2h12'32"
2 Hélène MARCOUYRE (GIANT SPORT UP.FR V)
3 Virginie SOUCHON (CREUSE OXYGÈNE)
4 Sandrine GUIRRONET (TEAM MEUBLES ATLAS)
5 Séverine HANSEN (SCOTT PORTES DU SOLEIL)

PAR ALAIN LE YAOUANQ

Grande première pour la 1 re manche de Coupe de France réunissant les quatre disciplines sur un même site ! Un pari tenté par la station de Font-Romeu, située dans les Pyrénées Orientales, et un pari réussi, avec en prime 10 000 spectateurs recensés par nos collègues en képi bleu !

Grande première, donc, grand pont de Pentecôte fort bien choisi, grand beau temps par la même occasion et grands coups de soleil pour les p'tits malins qui ont voulu parfaire leur bronzage en snobant la crème protectrice... Grand concert de louanges, enfin, de la part d'un public bon enfant, composé certes des habituels supporters membres de clubs ou familles de coureurs, mais aussi de nombreux curieux venus découvrir ces drôles de zèbres à crampons.

 Il faut dire qu'à part les Championnats d'Europe de Descente et de Dual, à La Molina en 1999, rien n'avait été organisé dans les parages jusqu'à présent. Même son de cloche à la CNVTT (Commission nationale de VTT) de la FFC. Le tout nouveau président, Alain Ghiloni, nous déclarait: "Ici comme à Pra Loup, c'est un site assez exceptionnel. Les quatre disciplines y sont rassemblées, et le succès a l'air aussi d'être exceptionnel... A part quelques petites anicroches qui se sont réglées au fil des heures, ce qui est normal avec un tel mélange des genres, tout le monde semble satisfait. Font-Romeu aura eu, en plus, le mérite de relever le défi. Ainsi, dans leur "promo du site”; les organisateurs locaux ne nous avaient pas joué du violon: comme prévu, tout était bien regroupé dans un périmètre restreint, de manière à pouvoir zapper sur les quatre disciplines. A peine 500 mètres pedibus entre la plongée terminale de la Descente, la piste de Dual-Slalom, les zones de Trial et deux points de passage du X Country (la grosse montée à découvert + une belle enfilade sur du sentier en forêt). Royal, pour l'animation générale de la manif ; pour la chasse aux photos et aux autographes, pour les tendres gambettes des marmots, les poussettes des mamans et les paniers piqueniques! Si l'on veut que le public vienne, qu'il s'intéresse aux épreuves, il faut lui faciliter la tâche. Reçu 5/5 ! Et tout cela, sans dénaturer le site, naturellement. Là encore, bonne pioche mis à part le Dual, forcément travaillé (deux virages non relevés tout de même ! ), on a pu découvrir des zones de Trial sans artifices, une boucle de X-Country "à l'ancienne", longue de 16 bornes, et un tracé de Descente insolite (jugé trop lent, d'ailleurs, par certains pilotes... ), qui jouait au maximum avec le terrain existant. Les petits couacs? Une Descente avancée d'une heure au dernier moment, le lundi matin, alors que nos showmen - Gracia, Amour, Parolin - étaient encore sur le gril du Dual la veille au soir, à 19 h 30 ; un remonte-pente qui rend l'âme en pleine finale de Dual, justement, entraînant un ballet de 4X4, voire même de quads (pas très confortable, visiblement... ) ; la randonnée du samedi, organisée par le club support de l'événement -le FRSO (Font-Romeu)- avec une participation décevante - Philippe Fort, le président, le reconnaissait très honnêtement d'ailleurs : "On n'a peut-être pas assez communiqué sur cette Possibilité de découvrir les lieux en balade-rando." Et, enfin, le grain de sable qui n'était pas prévu au programme : l'absence de grosses pointures accrochez-vous, parce que la liste est longue : Vinco, Arnold, Dietsch, Martinez, Barel, Gros, Le Caer, Deldycke, Vouilloz, les frères Pascal... Certains avaient de bonnes raisons, d'autres pas... Et après, tout le monde se plaint qu'il n'y a pas assez de couverture télé pour le VTT ! On préférera donc écouter Cédric Gracia sur le podium : "Franchement, vu le peuple, c'est une bonne combinaison (Sic)... Ça fait huit mois que je n'était pas rentré en France et ça fait plaisir! "Les absents ont toujours tort...

     

    X-Country

     

    Un parcours qui a fait l'unanimité chez les coureurs. Tout d'abord, une première montée raide de 2 km sur les flancs d'une piste de ski, histoire d'étirer convenablement le peloton. Ensuite, à part un faux plat en terrain dégagé, la plupart des descentes s'effectuaient sur du sentier en forêt. Du sentier rapide, suffisamment de passages pour doubler néanmoins, de nombreuses relances entre les arbres, quelques belles plongées techniques avec une grosse marche en particulier. Mais c'est la montée finale, sur un chemin très naturel, tantôt creusé tantôt rocheux, qui a fait la différence dans la plupart des catégories. Dans toutes les catégories féminines, c'est sûr, mais chez les Cadets Hommes aussi. Peu d'absents pour la course Espoir/Élite Hommes, juste Thomas Dietsch relevant de blessure, et Miguel Martinez qui a préféré aller gagner une Coupe de Suisse. Un départ canon du régional Marti Gispert, avec derrière une course d'attente du tandem Hermida-Absalon, puis une attaque de ce dernier à la fin du premier tour. Mais Julien faiblit dans le second tour, Jérôme Chiotti en profita pour contre-attaquer, avec José Hermida au marquage. Dans le dernier tour, José se détacha, pour finir en solitaire, avec, derrière lui, un Jérôme Chevalier toujours aussi régulier.

     

    Conclusion

     

    Quoi qu'il en soit, malgré certaines petites erreurs de jeunesse, malgré les perpétuels grincheux et les forfaits inexplicables (voire même inexcusables... ), rassembler le VTT pluriel sur un week-end comme celui de Font-Romeu va sans doute donner un coup de fouet à cette Coupe de France. Le fait aussi d'élargir le nombre de participants, en relançant par exemple les catégories "Sport" (semi-rigides) et X-Country "non-licenciés"; permettra sûrement de valoriser l'éclosion de jeunes talents de valeurs, en limitant la course à l'armement, ou de jeunes crosseurs, face à la course "au chimique" : Le choix des sites, enfin Enfin, oui enfin, le circuit cramponné innove, propose d'autres destinations vertes, d'autres manières de tracer les parcours (le débat sur la Descente reste ouvert. .. ), de les organiser en optant par exemple pour un camp de base en pleine nature, à 5 minutes de la station, plutôt qu'en plein centre... Dans leurs objectifs à venir, nos instances fédérales se sont décidées à plancher sur une meilleure répartition des sites dans l'Hexagone. Banco !

     

     CROSS-COUNTRY > Scratch Hommes HERMIDA José CHEVALIER Jérôme ABSALON Julien

     Scratch Dames LEBOUCHER Laurence PUIGGROS Janet HANSEN Séverine

Coupe d’Europe
Coupe de France
VTT Cross-country

Coupe de France et Coupe d'Europe de VTT cross-country.

    LEBOUCHER, LE VENT EN POUPE

    Laurence Leboucher a enlevé la première manche de Coupe d'Europe de VTT, en Autriche. Trophée qu'elle aimerait voir grandir au fil du temps, sans pour autant négliger la Coupe de France qu'elle souhaiterait offrir en cadeau de bienvenue à ses nouveaux sponsors.

    Laurence Leboucher a pris pour habitude d'ouvrir les palmarès. Elle fut en effet la première fille à remporter une manche de Coupe du Monde de VTT. Elle a ensuite enchaîné avec un premier succès tricolore lors des Championnats du Monde, suivi d'une victoire à l'occasion des tout premiers Championnats de France de cyclo-cross en 2000 à Manosque. Voilà maintenant qu'elle remporte la manche inaugurale de la nouvelle Coupe d'Europe de VTT Cette compétition a permis à la Sarthoise de décrocher son deuxième bouquet tout terrain de la saison. "Cette compétition, ditelle à propos de la Coupe d'Europe, est un événement qui peut grandir. Elle me motive tout particulièrement, d'autant que la finale aura lieu en France à Annecy." Cet épilogue n'intervenant que les 29 et 30 septembre, Laurence se contente pour le moment d'emmagasiner ses impressions. "J'ai eu de bonnes sensations en Autriche, dit-elle. Le circuit est difficile. C'est une bonne chose d'avoir pu le reconnaître car il devrait accueillir les Championnats d'Europe de 2003."

    Devenue indépendante, elle a créé son propre team comme Nicolas Vouilloz en descente, Laurence Leboucher envisage donc sa carrière à long terme. Mais elle compte bien ne pas attendre 2003 pour renvoyer l'ascenseur aux sponsors qui lui ont fait confiance. "Cette année, je poursuis trois objectifs, prévientelle. Ce sont les trois Championnats France, Europe et Monde. J'aimerais aussi gagner la Coupe de France, car depuis que je me suis licenciée dans la Sarthe j'ai remis mes compteurs victoires à zéro. Sous le maillot de ce comité, je n'ai, pour l'instant remporté qu'un titre de Championne de France de cyclo-cross."

    L'ambition de "Lolotte" n'est pas restée longtemps lettre morte. A Font-Romeu, dans le cadre de la deuxième manche de Coupe de France, elle a empoché le troisième succès de sa saison 2001.

    Aujourd'hui, la Sarthoise a gommé sa contre-performance de Sydney.

     

    "C'est oublié, il ne faut pas vivre avec le passé", lance-t-elle convaincue en assurant qu'elle veut durer encore et encore au plus haut niveau, même si elle sent la concurrence pointer le bout du nez. "Je serai encore là en 2004, affirmetelle, même si les jeunes arrivent. Il faudra qu'elles me battent, moi, la vieille (sic). Elles peuvent aussi me bousculer d'ici-là, mais en contre-partie je peux leur apporter mon expérience... si elles veulent bien m'écouter." Eternelle rengaine intergénération !

H.B.

Résultats

 CLASSEMENT DE LA COUPE DE FRANCE DE VTT après 2 des 4 manches manches

    DAMES

    Scratch : 1. Laurence Leboucher 600 pou 2. Marcouyre 556 pts; 3. Souchon 554 pts; 4. Han; 547 pts; 5. Guirronnet 528 pts; 6. Rode 515 E 7. En 504 pts; 8. Clolus 499 pts; 9. Gent 490 pts;10. Cossardlemon 486 pts; 11. Thomas 474 pts; 12. Filonczuk 466 pts;13. Mazuez 462 p 14. Bruneau 448 pts; 15. Brumachon 446 E 16. Rouleau 436 ps;17. Molherat 430 pts; I8. Von 430 pts;19. Gounand 426 pts; 20. Le Lez 426 pts

Finale de la Coupe de France VTT

 

cross-country, descente, dual et trial, à Pra Loup du 24 au 26 août 2001.

Ouest-France - 20/10/2001

Sacrée Laurence ! Favorite de l'épreuve et attendue au tournant par des rivales bien décidées à empêcher la passe de trois, la Tricolore a puisé tout au fond d'elle même pour aller chercher un nouveau succès sur les bords de la Méditerranée. Elle s'impose finalement avec quatre petites secondes d'avance sur Annabella Stropparo.

Elle est partie avec le lourd statut de favorite. Dossard numéro 1, en première ligne pour toutes ses rivales sur la ligne de départ. Mais Laurence n'a pas tremblé. Malgré les assauts des coureuses du team Be One, Stropparo et Corine Dorland, la Française a signé sa troisième victoire à Fréjus. Un record. Le starter avait pourtant lâché une meute de vététistes toutes décidées à s'envoler vers la première place. Mais sur un parcours sélectif, les meilleures ont rapidement fait la différence. Et Laurence Leboucher a pris le large, suivie de l'Italienne Stropparo.

Candidate déclarée à la victoire, la Transalpine ne voulait rien lâcher... et Laurence devait puiser au fond d'elle-même pour tenir ce duel sans merci. La Néerlandaise Dorland était décrochée, Sabrina Enaux et l'Espagnole Janet Puiggros-Miranda ne pouvaient revenir. Le débat allait donc se jouer entre la France et l'Italie.

1998, 1999... et 2001 pour Leboucher. Elles étaient plusieurs à s'être imposer deux fois à Port-Fréjus. Mais ce samedi, Leboucher a écrit une nouvelle page dans le livre d'or de l'épreuve en devenant la première à réaliser un triplé historique. Mais pour celà, il aura fallu lutter jusque dans les derniers mètres. Stropparo lançait le sprint devant un public ahuri... Mais sa rivale était trop forte, et passait devant, avant de franchir la ligne d'arrivée avec quatre secondes d'avance sur l'Italienne. La foule explosait devant un tel spectacle... et ovationnait comme il se devait sa championne. Place maintenant aux forçats de la route pour l'épreuve reine de dimanche. Lui aussi vainqueur en 98 et 99, Christophe Dupouey remportera-t-il son troisième Roc ? Peut-être avec la loi des séries...

     

La nouvelle formule de la Coupe de France qui renouait avec l'esprit d'origine du VTT a donné pleine satisfaction. Tout pousse à persévérer dans la voie du rassemblement des disciplines plutôt que dans leur éclatement.

 

L’année d'orienter différemment sa politique de partenariat sportif en investissant sur d'autres disciplines que le VTT. Plutôt que de se lamenter ou de baisser les bras, les promoteurs de la Coupe de France se sont mobilisés pour rebondir. En se basant sur les grands standards du théâtre classique (unité de temps, unité de lieu, unité d'action), ils ont imaginé un circuit national plus concentré où toutes les disciplines du VTT tenaient simultanément la vedette. L'inspiration venait tout simplement des Championnats de France des années 90, disputés sur plusieurs manches ouvertes à toutes et à tous. Philosophiquement, cette sorte de retour aux sources avait tout pour séduire. Mais il fallait relever le défi pratique... qui consistait à organiser à quatre reprises ni plus ni moins qu'une copie des Championnats de France actuels. Les Herbiers, FontRomeu, Orcières-Merlette, Les Orres et Pra-Loup ont accepté le challenge, dominant tour à tour les contraintes relatives à une organisation de cette ampleur.

Au moment de conclure cette saison, on peut affirmer que le pari technique et sportif est gagné. L'idée de regrouper les différentes disciplines a ravi l'ensemble des acteurs du VTT La presse spécialisée, les partenaires, les teams, les compétiteurs et les spectateurs ont salué unanimement l'initiative. Les deux régions découvertes ou redécouvertes avec la Vendée et les Pyrénées ont également permis d'exporter le VTT dans des contrées habituellement peu visitées... au point de donner des idées à la Bretagne et plus particulièrement aux Côtesd'Armor qui pourraient demander à accueillir une manche en 2002 !

Au plan sportif, malgré un calendrier surchargé notamment par les manches de Coupe du Monde, mais cela devrait aller mieux en 2002, les jeunes talents ont pris le pouvoir. Julien Absalon avait d'entrée marqué ses ambitions en remportant la première manche. Il a bouclé la boucle en s'imposant également à Pra-Loup. A 21 ans, le Lorrain domine le classement scratch alors qu'il est encore Espoirs. Mais en descente un jeune pilote fait encore mieux. Julien Camellini, un Juniors, remporte lui aussi le scratch avec 66 points d'avance sur le Réunionnais Jacky Sery !

Chez les filles, Laurence Leboucher n'a laissé aucune chance à ses adversaires en cross-country tandis qu'en descente Céline Gros n'a pas pu reconduire sa victoire de l'an dernier et c'est l'inattendue Emmeline Ragot qui a pris le relais.

PERSPECTIVES 2002

L'an prochain, on sait déjà que les rendez-vous européens ne manqueront pas pour l'élite du VTT Les 4 premières manches de la Coupe du Monde auront lieu sur notre continent ainsi que la finale prévue les 7 et 8 septembre... peu après les Championnats du Monde organisés pour la première fois à Kaprun, en Autriche, et fin août. Avant cela, Pra-Loup aura accueilli les Championnats d'Europe du ter au 4 août. Toutes les disciplines du VTT y seront présentes à l'image du programme des différentes manches de la Coupe de France.

Dans ce calendrier international, les Championnats de France se tiendront du 18 au 21 juillet alors qu'on prévoit quatre manches de Coupe de France, probablement les 4 et 5 mai, 15 et 16 juin, 17 et 18 août avec une finale envisagée fin septembre. La formule devrait être identique à celle de cette année, trial, descente, cross-country et dual continuant à se côtoyer.

Autre succès de cette année, la formule souple de création des teams a permis à plus de 20 structures de se mettre en place au niveau français. A l'heure où les teams internationaux, comme Scott International, mettent la clef sous la porte, c'est plutôt encourageant de constater que nos structures tirent leur épingle du jeu. La reconduction de la Coupe d'Europe de crosscountry devrait également permettre à ces teams de s'illustrer dans le concert européen sans grever leur budget.

Si on ne voit vraiment pas pourquoi on changerait les grandes lignes d'une formule Coupe de France qui s'est avérée gagnante tout long de l'année, cela n'interdit pas quelque aménagements. On pense par exemple au du slalom qui, tout en préservant l'aspect sport des deux pistes parallèles, doit être plus ' sible" pour les spectateurs en bord de pis Quoi qu'il en soit, la dynamique instaurée 2001 est appelée à porter de plus beaux fruits encore en 2002.

Lucas Rens