Route

    Passé sportif
    Cyclisme Féminin

92mele

    Tour de France avec M. Bonhomme

    Le cyclisme : une passion

    Le cyclisme fut pour Laurence une expérience de professionnelle dès le début. Déjà, le plus difficile était de trouver un vélo de professionnelle en économisant et travaillant pour le vélo. Un déterminisme certain lui permis de remporter très tôt un titre de championne de France junior de cyclisme en 1989.

    A partir de cette victoire commença une carrière amateur dans le cyclisme féminin.

    1989 : Championne de France Junior.

    1991

Courses : Tour du Perreux : 1ère - Tour d’Armor C.L.M. : 1ère - Ronde de l’Isère C.L.M. : 1ère.
Championne de Normandie et 15ème au championnat du Monde.

1992

Sélectionnée aux Jeux Olympiques de Barcelone.
Courses : 6ème au Tour de l’Aude, 6ème au Championnat de France. 1ère au Prestige Ornais et 1ère à l’Elan Breton.

1993

Sélectionnée au Championnat du Monde d’Oslo.
1ère au Tour du Tarn et Garonne et 1ère au Grand Prix de France.
Championne de Normandie.
Débuts en V.T.T..

1994

1ère à l’Essor Mayennais.
2 accidents.

1995

Courses : Route du Muscadet : 1ère - Chrono Aquitain : 1ère - Tour de Haute Vienne : 1ère - Critérium des Forges 1ère.

.. Début d’une carrière en V.T.T..

    1998 :

    - Première de la route du Muscadet.
    - Première au tour du Pays d’Ambert.
    - Première au tour d’Arlanc.
    - Première au tour de la Drôme.
    Vice championne de France CLM.

    2002 :

    - Vice championne de France CLM.

 

Championnats de France

Championnats de France, contre-la-montre Dames, à Briançon le 27 juin 2002.

LONGO, RECORDS ET PERFORMANCES !

Jeannie est phénoménale ! A Briançon, elle a empilé son 45e titre de Championne de France, toutes spécialités confondues.

 

Femme de records, mais aussi femme de coeur, Jeannie Femme n'a pas oublié son équipière Pascale Ranucci, disparue tragiquement à la veille de Noël 99. Le bouquet de sa victoire en terre briançonnaise est allé tout droit dans les bras de la maman de l'ancien entraîneur national des féminines. Un geste à forte symbolique. Humain, à l'image de la championne grenobloise, qui du haut de ses 43 ans a décroché dans les Hautes-Alpes son 45e maillot tricolore. Un bail pour elle qui ne se souvient plus de ses premières émotions en tricolore. "J'ai une petite mémoire vous savez, soufflait-elle. J'ai d'autres repères que mes victoires, les hôtels où je suis allée, la nature environnante, les senteurs, les couleurs." Victime d'une chute lors d'une épreuve disputée au Nouveau-Mexique voici un mois et demi, Jeannie partait pourtant un peu dans l'inconnu au départ de ce chrono. "Ma victoire d'étape au Tour de la Drôme m'a rassurée, confiait-elle. J'ai ensuite passé une semaine en altitude à écouter les marmottes, le bruit des torrents au réveil et à voir les petites fleurs éclore. Ce titre me fait du bien car les Championnats de France, c'est un peu ma maison. C'est un "petit rendez-vous" par rapport aux Championnats du Monde mais je ne sais toujours pas si j'irai à Zolder à l'automne prochain pour défendre mon titre !"

 

Comme à Atlanta

 

Puisque Zolder est une histoire encore lointaine pour "la Longo", elle ne faisait état que de sa course du jour après avoir revêtu un nouveau maillot tricolore. "Je manque encore un peu de rythme, déplorait-elle. J'ai disputé ces championnats de France vraiment dans la difficulté. Je me suis mis dans le rouge dès l'ascension de la première côte et après je ne suis plus jamais repassée au vert... ou au rose ! J'ai ressenti les mêmes sensations qu'aux Jeux d'Atlanta, quand pendant toute la course j'ai buté vingt secondes derrière Zabirova. Alors, après la première bosse, j'ai pris la décision de mettre très souple. A un moment, Patrice (son entraîneur et époux, NDLR) m'a même crié de la voiture: "Mais Jeannie, tu es plantée!". C'est vrai, je ne pouvais pas en remettre, j'étais à fond." Son 4e titre, Longo est donc allée le chercher sur l'autel du métier, de l'expérience et de l'envie." Histoire de continuer à chasser éternellement records et performances !

H.B.